ACCUEIL PRÉSENTATION EXPOSITIONS
EN COURS
TRAÇOTHÈQUE OÙ, QUAND, COMMENT?

Denis BONNES Denis BONNES


   Né en 1946, vit et travaille dans l’Aude.


   Les totems pleins d’allégresse et de vitalité joyeuse côtoient des peintures plus sombres où s’affiche la misère du monde

    Singulier Bonnes. Et pourtant pluriel des mille cordes dont son art est sous-tendu. Qu’il sculpte ou qu’il peigne, il brosse avec une malice toujours adolescente la connerie humaine dans le sens du poil à gratter. Bonnes n’impose ni ne condamne rien et s’amuse de tout. Clown au nez rouge. Se voit bouffon quand son art de la dérision affectueuse en fait un roi joyeux au regard aiguisé autant qu’amusé sur notre course folle et suicidaire vers notre propre anéantissement.

    J. L. Dubois-Chabert


    Il a le ciel au bout des doigts. Tout ce qu’il touche, il en fait merveille…
   Il a la couleur dans les yeux. Le bout de son pinceau, sur la toile frise parfois l’irrévérence. Il invente un monde peuplé de personnages longilignes. Tous ont l’élégance de ceux qui regardent la vie passer à travers une vitre. Ils se sont détachés du futile, du contingent, de l’éphémère nature des choses et des êtres…

    Serge Bonnéry


    « Il y a eu la grande peur de l’an 1000. Lors du passage en l’an 2000, c’est le bug qui a symbolisé cette grande peur : il devait bloquer tous les systèmes informatiques existants et plonger, de ce fait, notre monde dans un chaos extrême. Or, nous nous apercevons aujourd’hui que le bug n’était réellement qu’un plaisantin, un personnage facétieux qui a été le premier étonné de cette grande peur qu’il a déclenchée ou plutôt, de celle que d’autres ont entretenue à travers sa personne pour des raisons bassement mercantiles.
    C’est donc pour le réhabiliter que j’ai entrepris de le personnifier, lui et sa famille très cosmopolite, lui, le dernier défenseur des valeurs traditionnelles festives, le combattant de la pensée unique, le dernier rempart contre la mondialisation sauvage, enfin, lui, le José Bové de la nouvelle communication… Mes bugs ont donc été construits en douelles de barriques, tonneaux ou demi-muids, tous contenant du vin, breuvage des dieux et symbole par excellence de la fête, du bien-vivre, de la convivialité et d’une vie simple mais gouteuse dont les OGM sont exclus. »

    Denis Bonnes

    Sous les auspices de Bonnes, LE PIN’ART, qu’es aco ? C’est de l’art plastique afro-occitan-viticole créé par cet artiste hors norme à partir de matériaux ayant contenu du vin ou du raisin (comportes, tonneaux, et demi-muids). Denis Bonnes, personnage tartarinesque réalise à partir des douelles de ses fûts des totems anthropomorphes.

    Jacques Cazaban