ACCUEIL PRÉSENTATION EXPOSITIONS
EN COURS
TRAÇOTHÈQUE OÙ, QUAND, COMMENT?

Papagrebou
PAPAGREBOU
             

   

   

Le PAPAGREBOU est né en 1962, à Strasbourg, province du STORCHLOCH.

Il a une enfance heureuse, familiale, provinciale et cléricale.

Tout petit déjà, sa passion pour l’art est là.

Armé de sa plume Sergent-major il égratigne entre les lignes, en bleu façon RORSCHACH.

Hélas, comme souvent, cette première partie, ses premiers jets sont perdus.

Et là où nous pourrions tenter d’expliquer choses et choses…

Il ne reste rien !

Quand il est grand, il s’en va en France

(Paris, Nantes, Bordeaux).

Il y est jardinier, dessine un peu mais en creux, et c’est creux.

En 1990, le mal revient, s’insinue. Il ressort son pinceau !

Il devient ce qu’il est : OTTO DIDAKT DE LART
Il expérimente, il élabore une technique épique, empirique en mieux.
Il désapprend avant d’apprendre, et gagne un temps précieux.
Il travaille les corps, en extrait de l’épure jus de tripes d’artiste torturé à mort au niveau du vécul.

Il s’emballe, il en fait des tonnes, des peintures avec des vrais morceaux dedans.
Il a trois grands enfants, une amoureuse, il vit et travaille à BRIEUIL (79)

Il est heureux !


    Avec des matériaux aussi divers que le bois, le métal ou la toile, Papagrebou nous plonge dans l’univers d’un monde brut très coloré. Sa peinture n’est pas léchée, elle est crachée, vomie… C’est une libération, du pur jus de tripes où l’émotion est plus forte que l’apparence.

    Il peint vite, nerveusement, sauvagement et s’en met partout d’ailleurs. Il mélange comme pour ses assemblages un peu tout ce qui lui tombe sous la main. De la peinture bien sûr, mais aussi colles, vernis, goudron, caoutchouc liquide et encore poussière, cendres, sciure, objets… plutôt sur des supports de récupération, vieux panneaux de bois ou vieilles toiles de sac. Dans son atelier, il presse des tubes, vide le ramasse-bourrier, étale à la brosse, au couteau, avec les doigts… et petit à petit des choses souvent des personnages apparaissent. Il travaille autour de ça. Il affine, il souligne et il efface aussi parfois. Il y a souvent plusieurs tableaux superposés, avec des mots aussi. Il écrit beaucoup dans ses peintures, il colle des lambeaux de photos…

Texte publié dans la bible de l’art singulier, édition 2007


  

Artiste suivant Retour expo en cours