ACCUEIL PRÉSENTATION EXPOSITIONS
EN COURS
TRAÇOTHÈQUE OÙ, QUAND, COMMENT?

Straw
Eric STRAW



  Éric Straw, né en 1939, vit et travaille à Poitiers. Après des études de droit, de sciences économiques et de psychologie, il devient enseignant chercheur en sciences sociales. Dans les années 80, il délaisse sa carrière pour se consacrer à sa passion : la collection et la restauration de poupées et jouets anciens. Il  devient expert et développe parallèlement une pratique artistique variée : sculptures en terre, marionnettes, photographies …   
    Pour protéger les poupées restaurées, il fabrique des boites en carton et ce matériau pauvre et riche à la fois deviendra au fil de ses travaux son médium unique.

Le carton

    Le carton, pour moi c’est le médium : en tout cas, c’est le mien, celui qui m’attire et fait aussi sens dans cette aventure. J’aime son contact, sa chaleur, sa légèreté… J’apprécie qu’il donne envie de s’en faire un modeste abri, qu’il semble fragile alors qu’il est très solide, qu’il soit chaud comme une peau, taillable sans effort démesuré, à vrai dire très souple et compréhensif…
    Le carton que l’on récupère c’est comme la vie qui nous est donnée : tout cela est gratuit sans grande vocation spécifique à priori… J’ai besoin de la légèreté, j’allais dire de l’élégance de la légèreté, du charme de la légèreté. J’aime aussi accepter la surprise de ce qui va apparaître, sans oublier non plus que tenir ses cartons prêts fut un temps une nécessité quasi-historique ( souvenirs de guerre liés à ma famille)…
Éric Straw

La vie d’artiste

    On ne s’engage pas dans l’aventure de la création sans se poser de façon récurrente la question de sa finalité. Pourquoi une telle entreprise alors qu’il est si simple de trouver une justification ? Qu’est-ce qui explique qu’on choisisse une activité si solitaire, si exigeante, si aléatoire quant à ses résultats ? Les réponses certes ne manquent pas : obéir à une « nécessité intérieure », changer le monde, gagner sa vie en restant indépendant, embellir le quotidien, accompagner les luttes politiques, transmettre un message, laisser une trace…

    Toutes ces raisons sont acceptables, aucune n’est suffisante. Elles sont données à postériori et ne fournissent pas de légitimation à la naissance du processus. En vérité, depuis que les artistes ne sont plus au service des souverains et des églises qui leur dictaient leurs tâches, et qu’ils sont en quelque sorte livrés à eux-mêmes, la finalité de l’art est paradoxalement de ne pas en avoir. Sauf à être conçue comme marchandise, l’œuvre est le résultat de l’exercice d’une pure liberté, qui récuse toute injonction, toute règle dictée de l’extérieur, toute fonctionnalité politique ou sociale, tout objectif autre que celui de donner forme à ce qui, né d’un obscur désir, veut advenir.
Éric Staw, 2012



Artiste précédent Retour expo en cours