ACCUEIL PRÉSENTATION EXPOSITIONS
EN COURS
TRAÇOTHÈQUE OÙ, QUAND, COMMENT?


Violaine Dejoie Robin
Violaine DEJOIE ROBIN

    
  

Née en 1952, vit et travaille à Nantes.

Nous avons découvert son travail à Carquefou où elle avait réalisé une installation dans le cadre de l’exposition Art et Nature 2013. Pour cette expo 14, nous lui avons proposé d’accrocher un de ses portraits sur la paroi extérieure du hang-art.


 Trames px.

« Pendant vingt ans, j’ai travaillé, en tant que cinéaste, au rythme de 24 images par seconde et aujourd’hui, je réalise une image par mois. L’image prend désormais le temps de sa matérialisation et de sa maturation.

J’utilise une technique qui peut s’apparenter à de la tapisserie : je compose l’image point par point. Le geste fait corps avec un travail archaïque. Consécration de la durée et renouveau d’un rythme intérieur. Le support est un filet de pêche sur lequel je noue, d’une demi-clé à chaque intersection, des bandes de tissu en toile de spi.

Au préalable, je réalise un canevas obtenu par la compression numérique d’une photo que je mets en scène.
La particularité de cette image tissée est sa visibilité des deux côtés. Il n’y a pas d’envers mais une matière différente : d’un côté la trame des points (les nœuds), et de l’autre, les rubans formant l’image comme une peinture à grands traits de pinceaux.
Je considère la fin d’un tissage quand je l’installe en pleine nature car pour la première fois je le vois dans son entier et à la bonne distance. Chaque tableau est installé dans un lieu particulier, et est photographié. La rencontre, l’entrecroisement, l’interaction du tableau et du site trouvent son aboutissement dans l’espace du paysage. La bonne distance avec le tableau se fait avec un recul minimum de 20 m jusqu’à 90 mètres.
Avoir de la distance.
J’aime la peinture et je peins. Je continue de peindre quand je fais de la tapisserie : je pénètre dans la peinture des autres, des grands Maîtres. La pixellisation de l’image donne l’essentiel du trait, comme un haïku. Le sourire de la Joconde est composé de 3 points gris clair et 2 points gris foncé. Les Yeux du Christ du Greco sont 10 points blancs qui disent la supplique d’un homme à la torture. Vincent van Gogh et son infini tristesse dans la pupille tissé par 6 points gris...
Aller à l’essentiel ».


Texte de Vilaine Dejoie Robin, publié sur son blog, daté du 30 juin 2010



Artiste précédent Retour expo en cours