ACCUEIL PRÉSENTATION EXPOSITIONS OÙ, QUAND, COMMENT? CONTACTS

François CHAUVET
Les années 90

        « François Chauvet vous pouvez le rencontrer sur le chemin, l’œil brillant, courbé comme un glaneur, s’arrêtant à chaque pas, s’émerveillant de toute chose, ramassant brindilles tordues et racines séchées, cailloux divers, morceaux de briques ou de tuiles dans le but d’alimenter le stock de ses créations futures…

Si vous insistez lors d’une visite dans sa demeure atelier, il vous montrera ses bonhommes d’écorces peintes figés dans l’attente, ou ces figurines filiformes à la Giacometti, faites de brindilles de graminées et de chiffons ficelés. Il déploiera cette moisson fertile en bouquets délirants nés d’un vent de folie. Vous verrez peut-être sortir de multiples caisses ou de sacs poubelle bourrés, des blocs d’anthracite réceptacles à rêves lumineux, puis des fleurs artificielles par monceaux dont les morts se seront lassées ; elles auront été recueillies tout au long des solitudes des cimetières de France.

Tous ces riens, ces objets sans valeur, promis à l’oubli, à la désagrégation poussiéreuse ou à la pourriture sans cette rencontre inespérée, deviendront par transfiguration une chair nouvelle et l’ossature d’un peuple hiératique au verbe de silence capable de reconstruire un monde à la destinée moins vaine ».

Ce texte a été écrit par Rémy Le Guillerm pour le catalogue de l’exposition Les Margin’Art, en 1996



François Chauvet
Les années 80
Retour expo en cours Les années 2000